L'ancienne fabuleuse capitale du Royaume de Lane Xang, Luang Prabang, classée au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1995, offre sa beauté somptueuse et tranquille à qui saura la découvrir. Autres étapes de mes séjours en 1997 et 1998 : les provinces d'Oudomxai, de Phongsali qui jouxtent la Thaïlande, la Birmanie, la Chine (carte).

Luang Prabang. De rouge, de noir et d'or est la Ville. Haute ville presqu'île serrée dans la boucle confluente du Mekong et de la Nam Khan.
Ville endormie dans le temps au surplomb des berges blêmes, plus ou moins larges selon l'humeur du fleuve. De jade épais ou de limon rouge, les eaux creusées de remous, animées tour le jour de barques et de sampans, se figent chaque soir dans une brillance de métal en fusion.
L'exubérance végétale cache de nombreux temples, joyaux de l'art bouddhique, qui se révèlent dans un éblouissement de couleurs.
Murs noirs, vantaux incarnat, supports de divinités gardiennes dorées sous des toits pagode aux allures de caravelle.
Lourdes portes sculptées de personnages enlacés de motifs floraux, immobilisés sur fonds rutilants.

Mosaïques scintillant au soleil du soir en "arbre de l'illumination", en récits pastoraux. Dans la pénombre des sanctuaires veillent des Bouddhas d'or immenses, énigmatiques plus que bienveillants, accompagnés d'une armée de bouddhas dressés, hiératiques, émouvants, qui appellent la pluie. Les robes des moines éclatent, comme des fleurs solitaires sur le blanc d'un mur, le rouge d'une colonne, le vert d'un banyan.

Les Provinces du Nord sont encore les terres des touristes audacieux, des "baba cool" attirés par le Triangle d'Or, et de quelques photographes. Les routes sont une suite d'ornières où camions chinois et " pick up" japonais ne peuvent dépasser 20 Kilomètres à l'heure. Les autres voies sont fluviales par les rapides du Mekong et de la Nam Ou.

Avril y est le mois le plus chaud ponctué d'orages annonciateurs de la bénéfique saison des pluies. L'humidité torride immobilise les collines échevelées et les montagnes vallonnées dans une brume bleutée.

Les sentes très pentues de terre sèche ou de boue glissante mènent à des villages secrets, huttes de bambou hissées sur pilotis.

Ces hameaux offrent la découverte surprenante de nombreuses minorités ethniques où le temps s'est arrêté dans les parures des femmes, d'incroyable beauté et diversité. Hmong, Lantene, Thai dam, Yao, lko, que l'on rencontre aussi sur les chemins, se rendant aux marchés des petites localités sises dans les vallées.

Monique Pietri