Arrivée déconcertante dans la "ville-musée" du Japon au milieu d'une impressionnante gare futuriste dont semblent exclus les trains, puis des avenues animées, marchandes, interchangeables.

Mais Kyoto est comble de somptueuses ou délicieuses découvertes en se laissant glisser vers la rivière Kamo et au-delà vers le quartier de Higashiyamo. Colline plantée de ruelles pavées où s'alignent de plaisantes maisons de bois, puis au sommet glorifiée de temples splendides.

D'autres temples sont cachés en ville derrière de hauts murs, d'autres se découvrent au bout d'allées forestières, juste signalés par les Torii, rouges portiques d'entrée.

De même les palais et villas impériales, lieux sacrés, sont enclos dans des jardins enchanteurs d'eaux ou de sable.

Les cerisiers si chantés étaient défleuris. Je me contentais avec joie des iris et des pins qui m'appelaient en se mirant dans des plans d'eaux pures et calmes.
Les secrets de Kyoto