Angkor Vat

Le temple à l'aune de l'immensité. Douves d'eau miroir.
Longue chaussée torride de dalles polies gardées par les Magas.
Dédale ordonné d'enceintes, portes, galeries qui s'évadent vers les trouées vertes de la forêt.
Sur les murs, les dieux et les démons barattent l'océan de lait, le roi Suryavarman II déploie pour l'éternité sans armée fastueuse, les Apsaras, danseuses célestes, sourient dans des rais d'ombres et de lumière.
Au coeur, le sanctuaire. De roides escaliers mènent aux cinq tours dressées contre le bleu du ciel.

Angkor Thom
La ville royale fortifiée est entourée de fossés, de murailles. Elle est gardée par cinq portes au faîte sculpé des visages souriants du Bodhisattva Lokeshvara ou du roi qui surveillait les points cardinaux.
Le Bayon
L'aube dessine un décevant chaos de pierres grises.
Un écheveau d'escaliers hasardeux, de couloirs sombres animés parfois de petits sanctuaires où des bonzesses allument des bâtonnets d'encens devant des Bouddhas ceints d'une écharpe jaune.
Le labyrinthe débouche sur une terrasse lumineuse qui révèle une hallucinantes forêt de tours-visages aux sourires troublants, éclairées l'une après l'autre par la course du soleil.
Monique Pietri